• Hermine Rollo

Le mois de Mars contre l'endométriose


Le mois de mars est le mois de la sensibilisation à l'endométriose. Il est donc temps de faire un bref point sur cette pathologie gynécologique très invalidante qui touche environ 10% des femmes en âge de procréer.


L'endométriose se caractérise par une migration anormale des cellules de l'endomètre en dehors de la cavité utérine. En s'accrochant sur leur nouveau site, ces cellules créent des lésions permanentes et irréversibles qui s'aggravent de cycle en cycle : les modifications hormonales liées au cycle naturel féminin génèrent des saignements qui, contrairement aux règles, ne peuvent être évacués et s'accumulent. Ces kystes nouvellement formés entrainent alors des inflammations récurrentes très douloureuses.


Contrairement aux idées reçues, les cellules endométriosiques, même si celles-ci colonisent volontiers les organes du petit bassin - de la vessie au rectum, en passant par l'ensemble de l'appareil génital - ne se cantonnent pas à une migration proche. Elles peuvent voyager partout dans le corps : diaphragme, poumons, peau, tube digestif, yeux…


Ces lésions sont fréquemment source d'infertilité, de douleurs et de troubles digestifs, de troubles urinaires, de douleurs lombaires, de douleurs aux rapports sexuels, de stress et de fatigue chronique.


C'est une maladie chronique qui n'a pas à ce jour de traitement curatif. Seuls les traitements hormonaux et les interventions chirurgicales pallient pour un temps les dégâts qu'elle effectue.


Pour mieux vivre la maladie, et en fonction du stade d'évolution, des solutions naturelles existent :

- la naturopathie pour adapter son alimentation et son hygiène de vie et ainsi limiter les inflammations,

- la relaxation, la méditation, la sophrologie pour apprendre à gérer le stress et diminuer la douleur,

- les techniques manuelles comme la réflexologie, pour libérer les tensions musculosquelettiques, diminuer les adhérences tissulaires, réharmoniser le système hormonal, retrouver un équilibre de vie physique (nerveux, digestif, lymphatique), psychologique, émotionnel, social et existentiel.


Dans tous les cas, il est important d'avoir un suivi médical et de na pas rester seule face à ses difficultés. Des associations existent et sont un soutien précieux.


Le 28 mars est la journée internationale contre l'endométriose.


Prenez soin de vous, pensez réflexologie !